Recherche d'emploi : Ne pas vouloir "se fermer de portes" est une mauvaise idée - Blog Camille Gautry - Optimisation de Carrière et de Recrutement | Expatriation | Retour en France

Ne pas vouloir “se fermer de portes” est une mauvaise idée

« Je suis arrivée ici avec mon mari qui a été muté par son entreprise. Je cherche dans les RH, mais je suis ouverte à toutes les opportunités ».

Voilà comment je me suis présentée pendant les premières semaines de ma recherche d’emploi à Singapour.

Nombre de proposition d’emploi reçue, 1.

Je n’ai pas donné suite. 

Ni à la proposition d’embauche, 

Ni à la phrase d’accroche.

Par ma volonté de ne pas me trop pointilleuse sur les opportunités professionnelles qui m’intéressaient, j’ai en fait surtout perdu mon temps.

 Explications : 

#1. Ce n’était pas vrai

Quand j’ai été contactée par un cabinet de recrutement qui recherchait une Française pour travailler pour une compagnie d’assurance pour expatriés, j’ai été très enthousiaste.

Ok c’était hors hors de mon scope des Ressources Humaines. 

Mais le poste valorisait le fait d’être Française (pour une fois !!).

Mais une fois rencontrée la dite société d’assurance, je n’ai pas du tout eu envie de passer 44 heures par semaine là-bas. 

Le poste consistait à saisir les informations des formulaires d’inscription à l’assurance et avoir toute la journée, au téléphone, des assurés mécontents. 

Le tout payé au lance-pierres.

C’est après cette expérience que je me suis rendue compte (avouée ?) qu’en fait, je n’étais pas ouverte à toutes les opportunités. 

>> En vrai, j’avais envie d’avoir un poste stimulant et rémunéré au moins, un certain montant.

Est-ce que je me transformais en diva ? Pas du tout ! 

C’était admettre que j’avais des compétences qui avaient été testées et approuvées par des entreprises. 

Il était légitime que je veuille : les proposer, les réutiliser et les développer.

>> Pourquoi ne pas proposer ce que j’avais de mieux à offrir ?

En disant “NON” à cette opportunité, je suis restée disponible pour un poste qui me correspondait beaucoup plus (et dans lequel, cerise sur le gâteau, j’étais bien mieux payée que l’équivalent de mon salaire en France).

#2. Je ne montrais pas ma valeur

Quand tu dis que tu es ouverte à toutes les opportunités, en fait tu ne dis rien à propos de toi. 

Tu élargis tellement le spectre des possibilités, qu’il est impossible pour les gens à qui tu parles de savoir en quoi tu  pourrais être utile à une entreprise. 

C’est comme tu positionnais en effectif et dire : “Si vous avez besoin d’un +1 dans votre entreprise, pensez à moi”.

#3. Je ne permettais pas aux personnes de m’aider

Ne pas dire ce que tu cherches précisément comme poste, c’est empêcher les personnes de concrètement réfléchir à comment elles pourraient t’aider, directement ou indirectement. 

C’est ne RIEN mettre sur la table. 

Donc les personnes repartent de votre échange avec…RIEN. 

Ils ne peuvent donc RIEN faire pour toi.

Je sais que c’est une posture qui est difficile d’abandonner car on pense que si on devient trop précise, on va se priver d’opportunités. 

Mais c’est en fait tout le contraire. 

Tu arrêtes le tir groupé à l’aveugle pour viser UNE SEULE cible certes.

Mais que tu es bien plus sûre de toucher.

Add A Comment