Comment j’ai trouvé ma voie

Tu sais quoi  ? Je n’ai jamais voulu être entrepreneure.

Si j’avais pu, je ne le serai pas devenue.
Je n’ai pas créé ma boite, parce que je ne supportais pas le monde corporate, le fait d’avoir un manager ou des horaires.

Non, non, tout ça ne me posait pas de réels problèmes.

Tout est parti de mon dernier poste à Singapour.

Je faisais des RH et de la paie. Enfin, plus de paie que de RH. Mais m’allait bien, j’ai toujours aime travailler pour que les chiffres tombent justes et transformer des clauses de contrats en bulletins de salaire. 

Je sais, c’est bizarre. Moi aussi ça me déroute 😉

Et puis mon poste est devenu progressivement Paie-Comptabilité et là j’ai eu un déclic. 

J’étais en train de m’éteindre complètement. 

Avec cet aspect Comptabilité, tous ces chiffres m’étouffaient et devenaient indigestes.

J’ai compris à ce moment-là que j’avais besoin de travailler avec des personnes.
Je veux dire que mon cœur de métier devait être les individus avec des réflexions et des émotions. 

Plus les chiffres et leurs froids calculs.

 

Mais pour faire quoi à la place ?

 

Ben je ne le savais pas !!

Je ne voulais pas faire du recrutement. Trop commercial à Singapour. 

Je ne voulais pas reprendre des études. Trop cher, trop long. 

Ma liste des “Je ne veux pas” était bien fournie.

Celle des “J’ai envie de” complètement vide.

J’ai donc cherché (hum galéré) pendant des mois. 

J’ai lu des livres, fait des tests, des auto-coachings etc… 

Résultat : je pédalais dans la semoule.

Au bout de moment, c’est devenu trop pesant : je m’ennuyais dans mon poste le jour et les soirs et week-ends, je me triturais les méninges pour trouver ma voie.

J’ai donc décidé de chercher de l’aide et de me faire accompagner pour trouver mes réponses.

Ça n’a pas été facile de franchir le cap car c’était inédit pour moi d’envisager un tel coaching.

Mais en même temps, quel autre choix avais-je ?
Le statut-quo ?
Non non, overdose de ce statut-quo !

Je voulais du changement, donc il me fallait innover pour que quelque chose de nouveau se passe.

Alors, je me suis lancée.

Le sujet a été plié dès la première séance. Au bout de 60 minutes, je savais enfin ce que je voulais faire dans ma vie.
Meilleur investissement de toute ma vie.

Pour mettre en oeuvre mon projet, j’ai dû démissionner et monter ma structure pour accompagner des femmes expatriées partout dans le monde à décrocher un poste.En vivant à Singapour, exercer ce métier en tant salariée était impossible. 

Si j’avais été en France, les choses se seraient passées différemment. Ma réorientation aurait pu avoir lieu dans le salariat et j’aurais avec joie travaillé dans le reclassement/l’outplacement.

J’ai compris en me faisant accompagner ce dont j’avais besoin pour m’épanouir professionnellement.

La forme que cela a pris a tenu compte de mon ICI et de mon MAINTENANT de l’époque. 

Je sais que si je ne m’étais pas faite accompagnée, je n’aurai jamais trouvé ma réponse.

Je serais encore en train d’acheter des livres sur comment trouver sa voie en me désespérant de ne toujours pas y voir plus clair sur mon projet professionnel.

Car non, je ne voulais ni être vétérinaire ou avocate, même si les tests que je passais, revenaient toujours avec ces suggestions de métiers…

Je sais, d’autant plus avec l’expérience que je vis avec chacune de mes clientes, que nos réponses sont déjà là, en nous.

Mais souvent dans le désordre. 

Malgré nous, on regarde toujours les mêmes choses et de la même façon.

Mais si quelqu’un nous permet d’accéder à une zone de nous-même que nous ignorons, fait la lumière sur quelque chose que nous n’avons jamais vu, alors là TOUT CHANGE !

Les pièces manquantes de notre puzzle sont enfin trouvées.

Il est comment ton puzzle, à toi ? Il est au complet ? Ou des pièces manquent à l’appel ?

N’hésite pas à partager dans les commentaires.

Add A Comment